Être agnostique et les détails sur l’agnosticisme

No Comments

Le terme agnosticisme a été inventé et prononcé pour la première fois en 1869 par Thomas Huxley, naturaliste anglais (1825-1895) qui a pioché des idées issues des concepts de David Hume et d’Emmanuel Kant.

Étymologie du mot « Agnosticisme » : du grec agnôstos (ignorant), gnosis (connaissance).L’agnosticisme est une philosophie qui dit que le concept d’éternité, ce qui a attrait à la divinité, la métaphysique, sont inaccessibles à l’esprit humain et à sa perception physique des grands questionnements abstraits. Et par extension, que l’existence même de Dieu ne peut être prouvée. L’agnosticisme affirme la complète incompétence touchant la nature originelle, le passé et l’avenir de toutes choses. C’est une forme de scepticisme appliquée à la métaphysique et à la théologie.

Un peu de chronologie

Déjà existant à l’époque de la Grèce Antique, l’agnosticisme s’est relativement développé aux 18ème et 19ème siècles de par les progrès scientifiques qui ont fourni des bilans et comptes rendus expérimentaux allant à l’encontre des dogmes religieux et des textes sacrés.

Dieu n’étant pas reconnaissable, l’agnostique ne peut prouver ou pas son existence et considère donc qu’il n’est pas utile de lui offrir un culte ou de se soumettre à une doctrine révélée qu’il aurait dictée aux hommes. Même si dans la phrase que je viens d’écrire, l’agnostique croit en dieu, car nier son existence c’est y croire, finalement… Comme quoi, l’agnosticisme n’est pas clair…

La bouddhisme et le jaïnisme, sont parait-il, des cultes agnostiques. Mais dès lors où il y a culte, n’est-ce pas contradictoire

Protagoras, Démocrite, Emmanuel Kant, Auguste Comte (et son courant philosophique, le positivisme), William James, Herbert Spencer, les frères Goncourt, Albert Einstein étaient agnostiques. Ou adeptes de la gnose… ?

L’agnosticisme, une forme de sagesse du pauvre ?

Le principal avantage que mettent en avant les agnostiques est celui de la voix de la sagesse. Pour ceux-ci, les questions existentielles telles « L’univers a-t-il un début et une fin? », « D’où venons nous ? », « L’avenir, est-ce le fruit du hasard ou de la destinée ? »… ne peuvent avoir de réponses « prouvées » dans les religions. L’homme n’en connaîtra (peut-être) jamais les réponses (c’est ce qu’avance les agnostiques en général). La théologie et la métaphysique ne peuvent démontrer par des preuves l’existence de Dieu et la science ne peut prouver son inexistence. La position la plus sage, du moins pour les agnostiques, consiste à affirmer que l’on ne sait pas si Dieu existe ou non et, en conséquence, de respecter la foi et les avis de chacun.

L’agnosticisme en conclusion

Souvent perçu, pour certains, comme un compromis, comme un manque de décision ou du confort, l’agnosticisme est une pensée philosophique à part entière qui mériterait d’être davantage mise en avant, pour montrer tout de même que le concept est bancal; car l’agnosticisme peut être confondu avec l’athéisme dans le sens où les arguments sont souvent similaires, seules les conclusions varient et souvent pour mettre un terme à la discussion.

Categories: Définitions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *